Accueil g 

Histoire

Etymologie g
Antiquité g
IXe siècle g
XIe siècle g
XIIe siècle g
XIIIe siècle g
XIVe siècle g
XVe siècle g
XVIe siècle g
XVIIe siècle g
XVIIIe siècle g
XIXe siècle g
XXe siècle g
XXIe siècle g

Culture

Associations g
Entre autres g
F-P Raynal g

Infos

Actualité g
Institutions g
Situation g
Commerces g
Hébergement g
Photothèque g
Le XIXe siècle
En 1807, Vignonnet, Muradès et Salsignac se réunissent en une seule et même commune ; les habitants n'élisent plus qu'un seul et même conseil municipal (1)(2). Le 19 juillet 1826, par ordonnance royale, les communes de Vignonnet, Muradès et Salsignac sont officiellement supprimées et réunies avec pour chef-lieu Antignac (1)(2).

En 1829, mort d'Antoine Chanut à Issy ; homme de grand savoir, il avait dirigé plusieurs séminaires et était directeur de la solitude des Sulpiciens (1).

Vers 1852, construction de la chapelle de La Broconie (1).

En 1870, le territoire du Muradès est détaché de la commune d'Antignac pour former la commune de La Monsélie (2).

En 1880, le conseil municipal décida de construire une école double (garçons et filles). Guillaume Lascombes, architecte à Mauriac en exécuta les plans. La réalisation fut attribuée en octobre 1881 à Hilaire Bayle et Jean Bonnebouche, entrepreneurs à Champs-sur-Tarentaine. En 1882, l’école a été achevée. La réception officielle des travaux a eu lieu le 6 juin 1885. Le bâtiment comportait deux salles de classes, deux logements pour instituteurs et une bibliothèque (3).

Le 26 novembre 1887, Paul-Antoine Mirande, notaire et maire d’Antignac était élu conseiller d’arrondissement ; il fut réélu le 31 juillet 1892 (2).
Gabriel-Felix Duc, fut également élu conseiller d’arrondissement le 28 juillet 1895 (2) avec 1140 voix sans concurrent. Gabriel-Félix Duc avait été désigné par le Comité républicain cantonal (4). Il fut réélu le 31 juillet 1898 et le 31 juillet 1904 (2).

Le 12 août 1895, le Conseil d’arrondissement de Mauriac validait la proposition de Paul-Antoine Mirande transférant la foire du 20 octobre au 29 février. Le Conseil général du Cantal vota son transfert effectif lors de sa séance du 23 août 1895 (4).

Par décision ministérielle du 19 novembre 1895, il est créé
un poste de facteur-receveur à Antignac «grâce aux nombreuses et actives démarches de son dévoué maire M. Mirande, notaire» (4). En effet, lors de la séance du 12 août 1895, il est indiqué que «sur proposition de M. Mirande le Conseil [d’arrondissement] renouvelle le vœu émis plusieurs fois en faveur de la création à Antignac d'un poste de facteur-receveur» (4).

En 1896, Paul-Antoine Mirande, maire d’Antignac informe la population de la tenue d’une foire annuelle qui se déroulerait le 29 février (5).
photo_h_012.jpg
L’église Saint-Pierre-ès-Liens
en face un café avec la toiture en chaume.
(Carte postale ancienne)
photo_h_012b.jpg
Entrée ouest d’Antignac
Char à bœuf attelé
(Carte postale ancienne)
Les Maires d'Antignac au XIXe siècle
DUBOIS Jean-François (1799-1817)
ARMAND Louis (1817-1847)
BRUN Pierre (1847-1848)
ARMAND Louis François (1848-1864)
TOURNADRE Jean-Baptiste (1864-1881)
MIRANDE Paul-Antoine (1881-1897)
DUC Gabriel Félix (1897-1919)
Population Antignac, Salsignac et Muradès (jusqu’en 1870)
1806 : 1 869 hab.
1820 : 1 855 hab.
1826 : 1 917 hab.
1831 : 1 828 hab.
1836 : 1 937 hab.
1841 : 1 910 hab.
1846 : 1 801 hab.
1851 : 1 898 hab.
1856 : 1 790 hab.
1861 : 1 875 hab.
1866 : 1 658 hab.
1870 : sécession Muradès
1872 : 907 hab.
1876 : 884 hab.
1881 : 924 hab.
1886 : 979 hab.
1891 : 979 hab.
1896 : 981 hab.
Notes & références bibliographiques
(1) Jean-Baptiste, Deribier du Châtelet Dictionnaire statistique et historique du Cantal, tome I, 1852, pages 69 à 70.
(2) Louis de Ribier, Saignes, la commune et le canton, 1930.
(3) Lionel Sauzade, Inventaire général, 1993 ; Base Mérimée.
(4) Le Réveil de Mauriac, année 1895.
(5) Le Réveil de Mauriac, année 1896.