Accueil g 

Histoire

Etymologie g
Antiquité g
IXe siècle g
XIe siècle g
XIIe siècle g
XIIIe siècle g
XIVe siècle g
XVe siècle g
XVIe siècle g
XVIIe siècle g
XVIIIe siècle g
XIXe siècle g
XXe siècle g
XXIe siècle g

Culture

Associations g
Entre autres g
F-P Raynal g

Infos

Actualité g
Institutions g
Situation g
Commerces g
Hébergement g
Photothèque g
Le XVe siècle
Les seigneurs de La Dailhe au XVe siècle
Guillaume de Sanhes (1364-1417)
Pierre de Sanhes (1417-1430)
Isabeau de Sanhes (1430-1437)
Astorg de Peyre (1437-1440)
Jacques de Chabannes (1440-1469)
Gilbert de Chabannes (1469-1493)
Jean Ier de Chabannes (1493-1540)
En 1407, l'église Saint-Robert est indiquée comme siège d'une paroisse, Jean Les Vaysses, est à la fois le prieur et le curé de Vignonnet.

En 1420, Balzac, seigneur de Bort est indiqué comme prieur de Salsignac. L'église de Salsignac dispose d'une partie romane, son abside notamment, mais elle a été fortement remaniée à l'époque gothique. Elle comporte les armes de la Famille Balzac (1).

Le 14 mars 1430, Isabeau de Sanhes, petite-fille de Guillaume de Sahnes, apporte la châtellenie de La Dailhe en dot à Astorg de Peyre, baron de Pierrefort. Le 30 décembre 1440, Astorg vend cette seigneurie à Jacques de Chabannes contre 4 000 écus d’or (2)(3).  Cette vente est à nouveau mentionnée en 1444 entre Gilbert de Chabannes et Astorg de Peyre (1).
À l'époque moderne, les possessions féodales s’étaient concentrées dans les mains de quelques grandes Maisons telles les Chabannes et les La Tour d'Auvergne.

Jacques de Chabannes (v.1400, † 1453), seigneur de La Palice, Charlus, Montaigu-le-Blin, Châtel-Perron, Madic et Curton. Deuxième fils de Robert de Chabannes, seigneur de Charlus, tué à Azincourt, et d’Alix de Bort, dame de Pierrefitte.
Il servit tout d’abord dans la compagnie de son frère Etienne de Chabannes. Après que celui-ci fut tué à Cravant, il devint chef de bande. Il fut nommé chambellan du roi Charles VII à partir de 1425, puis sénéchal du Bourbonnais en 1428. Jacques de Chabannes rejoingnit Jeanne d’Arc à Orléans où il se distingua et fut blessé. Dès lors, il suivit Jeanne d’Arc dans toute son équipée. En 1431, il est l’auteur de plusieurs exploits : la prise du château de Corbeil, et surtout du donjon de Vincennes, qu’il escalada.
Jacques devint sénéchal de Toulouse en 1439. II participa à la Praguerie (révolte des féodaux contre le roi Charles VII) en 1440 aux côtés du duc de Bourbon et du Dauphin Louis. Il fut lieutenant dans la compagnie d’ordonnance du duc de Bourbon. Bailli du Cotentin en 1449, Jacques de Chabannes participa à la campagne de Normandie contre les Anglais qui débarquèrent à Cherbourg en 1450. Conseiller du roi, grand maître de France en 1451 (le grand maître de France avait la supervision sur toute la Maison du Roi. Il plaçait en sautoir derrière son blason deux bâtons de vermeil fleurdelissés, sommés d'une couronne royale). Jacques de Chabannes  mena campagne en Guyenne et participa à la conquête de l’Aquitaine. En juin 1453, il écrasa les Anglais et les Gascons en Charente, puis participa au siège et à la bataille de Castillon en juillet 1453, mourut de la peste, le 20 octobre 1453.
Jacques de Chabannes épousa en 1429 à Anne de Launay, dame de Fontenille qui mourut en 1430. Il se remaria en 1432 à Anne de Lavieu, de Fougerolles († 1474).
d’après Georges Minois (4)

En 1451, Antoine du Palais, prêtre de Vignonnet est signalé comme chancelier du baron de Peyre, seigneur de La Daille (1).

En 1462, la vente de la Dailhe est à nouveau ratifiée par un Astorg de Peyre, fils d'Astorg (2).

En 1478, Gabriel Desages est prêtre de Vignonnet (1).
photo_h_008a244.jpg
Armes de Jacques de Chabannes
De gueules au lion d’hermine armé,
lampassé et couronné d’or
Cimier : tête de cerf
Notes & références bibliographiques
(1) Jean-Baptiste Deribier du Châtelet, Dictionnaire statistique et historique du Cantal, tome I, 1852, pages 67 à 72,
(2) Dominique Larcena, Fiefs et arrière-fiefs de l’Archiprêtré de Mauriac au milieu du XVe siècle, 2000, page 115.
(3) Louis de Ribier, Saignes, ses comptours, ses comtes, sa bourgeoisie, 1932, page 20.
(4) Georges Minois, Charles VII, le crépuscule du Moyen Age, 2005, pages 270, 385, 397, 497, 551, 566, 574, 602, 603, 607.
(5) Jean-Claude Colrat, Les compagnons d’armes de Jeanne d’Arc : site internet.