Accueil g 

Histoire

Etymologie g
Antiquité g
IXe siècle g
XIe siècle g
XIIe siècle g
XIIIe siècle g
XIVe siècle g
XVe siècle g
XVIe siècle g
XVIIe siècle g
XVIIIe siècle g
XIXe siècle g
XXe siècle g
XXIe siècle g

Culture

Associations g
Entre autres g
F-P Raynal g

Infos

Actualité g
Institutions g
Situation g
Commerces g
Hébergement g
Photothèque g
Le XIVe siècle
En 1305, une sentence arbitrale intervient suite à un conflit de juridiction entre Odon de Sanhes, seigneur de La Dailhe, d’une part et Béatrix d’Olhergues, épouse de Bertrand III de La Tour d’Auvergne, d’autre part. Ce document donne des renseignements précieux sur le château du Chastellet d’Antignac, chef-lieu de la seigneurie de La Dailhe :

«Le chasteau du Chastellet, selon son enclos du chemin public et marché, tendant de la ville au lieu d’Antinhiac à Salanhiac [Salsignac], jusqu’au chemin assis sur les maisons de Jehan de Mas d’orient et chemin susdict sur lesdites maisons allant jusques au sucquet de pierres qu’est sur les ortz de la Martine, comme s’estand ledict chemin et tourne au dessoubz la grande pierre, et retourne allant en droict chemin audict même chemin de marché, de bize. […] 1. Le comtour sera tenu de faire hommage et prêter serment à chaque mutation de seigneur ou vassal. 2. Le seigneur de La Tour ne pourra aliéner le dit fief, ni le metttre hors de la main du comtour sans sa volonté. 3. Le comtour aura et exercera la seigneurie et toutalle juridiction ou justice haulte et basse. 4. Le fort du chasteau susdit [Le Chastellet d’Antignac] ne sera pas rendable et led. comtour ne sera contraint de rendre auculne choze du dit chasteau. 5. Le fief de Vic demeurera commun entre les parties jusqu’à nouvel informé.»

Acte passé le samedi avant la fête de la Nativité de Saint-Jean-Baptiste 1305 en présence de nobles Pierre de Tinières, Eblo de Montclar, Guillaume de Madic, Roubert de Montrohion, Bertrand de Ceyssac, chevaliers ; Guillaume de Chalus, Etienne La Tour, Ithier Atayne, Imbert de Durbiac et Rigual de Lavandès, témoins (1)(3).

C’est au château du Chastellet d’Antignac que se succédèrent selon toute apparence les comtours de Sanhes jusqu’à ce que Guillaume s’établisse en Dauphiné suite à son mariage avec Catherine d’Agoult (1)(3).


D'après la tradition, la dépouille du pape Clément VI séjourna dans l'église prieurale Saint-Robert, lors de son transfert d'Avignon à La-Chaise-Dieu. Mort le 6 décembre 1352, son corps reposa de manière provisoire, du 15 décembre 1352 au mois de mars 1353, dans l'église Notre-Dame-des-Doms en Avignon, puis il fut transporté vers La Chaise-Dieu où l'attendait son tombeau surmonté d'un gisant en marbre. Le corps de Clément VI, cousu dans une peau de cerf, arriva le 8 avril 1353. Clément VI appartenait à la famille Rosiers-d'Égletons, dont le fief était situé à une soixantaine de kilomètres de Vignonnet, en Limousin. Il est tout à fait probable qu’avant d’être inhumé à l’abbaye de La Chaise-Dieu, son corps ait été ramené d’Avignon pour être présenté à la dévotion de ses proches et des gens de son pays —rappelons que Clément VI fut le premier pape limousin.
Le prieuré Saint-Robert de Vignonnet, dépendant de l’ordre casadéen, et, se trouvant sur la route conduisant du Limousin à La Chaise-Dieu, a très vraisemblablement pu être une étape sur l’itinéraire parcouru par la dépouille pontificale. Etant donné la richesse du cortège formé de nombreux religieux, de puissants seigneurs et de chevaliers, qui accompagnaient le corps, cet événement a dû être raconté fort longtemps dans la vallée de la Sumène.
Le cortège comprenait cinq cardinaux : son frère Huges Roger, cardinal de Tulle ; trois neveux : Pierre Roger de Beaufort (qui deviendra pape sous le nom de Grégoire XI), Guillaume de la Jugie (qui sera légat de Castille, auprès du roi Pierre le Cruel en 1355), Nicolas de Besse, cardinal de Limoges ; un cousin : Guillaume d’Aigrefeuille ; huit archevêques, six évêques, plusieurs abbés, des comtes, des barons, des grands seigneurs au premier rang desquels Guillaume Roger, comte de Beaufort, seigneur du Chambon et de Rosiers, frère du pape. La plupart de ces hauts personnages eurent droit à une statue les représentant autour du tombeau de Clément VI à La Chaise-Dieu (2).


En 1381, lors de la Guerre de Cent Ans, le château du Chastellet aurait été pris et incendié par une bande à la solde de Bernard de Garlans, qui venait de brûler Neuvialle (4) des fouilles archéologiques effectuées entre 1972 et 1974 ont prouvé la destruction du château à la fin du XIVe siècle (3).
photo_h_007a.jpg
Le Chastellet
Un des plans des fouilles effectuées par le GRHAVS
(Dessin du GRHAVS)
photo_h_007b.jpg
Le pape Clément VI
représentation posthume
(Tableau)
photo_h_007c.jpg
Pointes de javelot anglais
fouille du Chastellet
(Maison  du Patrimoine Avena)
(photographie S.B.)
Notes & références bibliographiques
(1) Louis de Ribier, Saignes, ses comptours, ses comtes, sa bourgeoisie, 1932, pages 21 à 23.
(2) Antoine Pelissier, Clément VI le Magnifique, premier pape du Limousin, 1950, pages 133 à 134.
(3) Odette Lapeyre, A. Rassinot, Les décourvertes archéologiques du Chastellet, Bulletin du GRHAVS n°14, 1978, pages 1 à 37.
(4) Louis de Ribier, Saignes, ses comptours, ses comtes, sa bourgeoisie, 1932, page 23.